Reconstruction mammaire
après cancer

La reconstruction mammaire après cancer permet aux femmes ayant subi les traitements chirurgicaux d’un cancer du sein, qu’il s’agisse d’une mastectomie ou d’une tumorectomie, d’accéder à la phase finale de la prise en charge du cancer du sein.

La reconstruction mammaire n’est pas obligatoire après un cancer et certaines femmes, déjà éprouvées par les traitements précédents préfèrent ne pas y avoir recours.

Pour d’autres, cette dernière étape permet d’apporter une grand soutien psychologique : en atténuant les séquelles corporelles de la maladie, la reconstruction mammaire est un symbole fort qui aide à aller vers l’avenir. La reconstruction mammaire ne perturbe ni la réalisation, ni l’interprétation des examens radiologiques nécessaires à la surveillance médicale après un cancer du sein et quand elle est possible elle doit toujours être proposée aux patientes concernées.

Après une mastectomie (ablation complète du sein pour cancer), l’intervention de reconstruction mammaire vise plusieurs objectifs : reconstruire le volume et le galbe du sein qui a été retiré par prothèse mammaire, par lambeau ou par lipofilling mammaire éventuellement symétriser l’autre sein par rapport au sein reconstruit en augmentant son volume, en le réduisant, ou en corrigeant une ptose mammaire reconstruire l’aréole et le mamelon.

Dans certains cas l’intervention de reconstruction du volume mammaire peut se pratiquer dans le même temps opératoire que la mastectomie : on parle alors de reconstruction mammaire immédiate. Le plus souvent, cette intervention est réalisée plusieurs mois après la mastectomie : a partir de six mois après la mastectomie en l’absence de radiothérapie, ou à partir de 6 à 12 mois après la dernière séance de radiothérapie si une radiothérapie complémentaire a été nécessaire après l’ablation du sein.

Reconstruction mammaire
après cancer

La reconstruction mammaire après cancer permet aux femmes ayant subi les traitements chirurgicaux d’un cancer du sein, qu’il s’agisse d’une mastectomie ou d’une tumorectomie, d’accéder à la phase finale de la prise en charge du cancer du sein.

La reconstruction mammaire n’est pas obligatoire après un cancer et certaines femmes, déjà éprouvées par les traitements précédents préfèrent ne pas y avoir recours.

Pour d’autres, cette dernière étape permet d’apporter une grand soutien psychologique : en atténuant les séquelles corporelles de la maladie, la reconstruction mammaire est un symbole fort qui aide à aller vers l’avenir. La reconstruction mammaire ne perturbe ni la réalisation, ni l’interprétation des examens radiologiques nécessaires à la surveillance médicale après un cancer du sein et quand elle est possible elle doit toujours être proposée aux patientes concernées.

Après une mastectomie (ablation complète du sein pour cancer), l’intervention de reconstruction mammaire vise plusieurs objectifs : reconstruire le volume et le galbe du sein qui a été retiré par prothèse mammaire, par lambeau ou par lipofilling mammaire éventuellement symétriser l’autre sein par rapport au sein reconstruit en augmentant son volume, en le réduisant, ou en corrigeant une ptôse mammaire reconstruire l’aréole et le mamelon.

Dans certains cas l’intervention de reconstruction du volume mammaire peut se pratiquer dans le même temps opératoire que la mastectomie : on parle alors de reconstruction mammaire immédiate. Le plus souvent, cette intervention est réalisée plusieurs mois après la mastectomie : a partir de six mois après la mastectomie en l’absence de radiothérapie, ou à partir de 6 à 12 mois après la dernière séance de radiothérapie si une radiothérapie complémentaire a été nécessaire après l’ablation du sein.

Les interventions

RECONSTRUCTION
PAR
PROTHÈSE

Après ablation du sein pour cancer, le volume mammaire peut être reconstruit à l’aide d’une prothèse mammaire

RECONSTRUCTION PAR LAMBEAU
DORSAL ET PROTHÈSE

Il est parfois nécessaire de réaliser un lambeau en apportant les tissus d’une autre partie du corps

RECONSTRUCTION DE L’ARÉOLE
DU MAMELON

La reconstruction de l’aréole et du mamelon est la dernière étape de la reconstruction mammaire

Pour en savoir plus

I

Certaines recommandations seront à observer avant toute opération de reconstruction mammaire :

La consultation permet au médecin et à la patiente de choisir la technique de reconstruction mammaire la plus adaptée à la patiente, en fonction de plusieurs critères : qualité de la peau restante après la mastectomie, aspect de la cicatrice, traitements complémentaires de radiothérapie ou non, poids de la patiente, aspect de l’autre sein…

Il est recommandé d’arrêter de fumer au minimum un mois avant et après la chirurgie de reconstruction mammaire afin de permettre un bonne cicatrisation. Les médicaments antiagrégants (aspirine et anti-inflammatoires) et les anticoagulants oraux doivent être arrêtés dans jours qui précèdent l’intervention de reconstruction mammaire pour réduire le risque hémorragique. Ils seront éventuellement relayés par des anticoagulants injectables.

Une consultation d’anesthésie est obligatoire avant toute intervention nécessitant une anesthésie générale ou une neuroleptanalgésie (« demi sommeil »). Vous devrez vous y rendre avec les résultats de la prise de sang prescrite lors de la consultation. Des photographies médicales sont toujours réalisées. Un soutien gorge de sport sans armature, en tissu élastique et s’ouvrant par devant, est prescrit. La peau sera désinfectée grâce à une solution ou un savon antiseptique appliqué la veille et le matin de l’opération.

Docteur Raphaële ROSSARIE
Spécialiste en chirurgie esthétique et médecine esthétique.

CONSULTATION

Lundi mercredi et samedi
sur rendez-vous.

CABINET

11, rue d’Orléans 92200
Neuilly sur Seine

ACCÈS

  Sablons

© DR RAPHAËLE ROSSARIE • 2018