Les dangers de la liposuccion

Quels sont les dangers de la liposuccion ?

A vrai dire, jusqu’il y a peu de temps, je ne comprenais pas bien pourquoi la liposuccion spécifiquement, cristallisait les peurs des dangers et des ratés de la chirurgie esthétique.

Au contraire, même si, comme pour toute intervention de chirurgie esthétique et de chirurgie en général la liposuccion peut entraîner des complications, il s’agit quand même d’un acte courant, qui, à première vue, ne nécessite pas une dissection chirurgicale minutieuse, contrairement à d’autres opérations de chirurgie esthétique. De plus, le fait d’aspirer la graisse, que l’ont voit littéralement « sortir du corps » du patient est quand même un gage d’efficacité de la liposuccion, par opposition à d’autres techniques de drainage, comme la morpholiposculpture, l’ultrashape, ou la lipolyse, présentées comme des alternatives non chirurgicales à la liposuccion.

Mais un jour, en discutant avec une esthéticienne complexée par son « double menton », celle-ci me fait part de ses réticences concernant la liposuccion « dont on dit que c’est dangereux…  »

J’allais lui répondre que, comme toute chirurgie, la liposuccion présente effectivement une part d’aléas, le risque principal étant de faire une phlébite au niveau des veines des jambes, mais que ce risque est tout de même bien contrôlé par des mesures de précautions systématiques comme le port de bas de contention et les injections d’anti coagulants.  Enfin, concernant le résultat, il peut en effet exister des petites irrégularités mais celles-ci sont minorées en choisissant un chirurgien esthétique compétent et expérimenté dans la liposuccion…

Mais je sentais qu’il y avait autre chose, et que ce n’était pas le fond du problème pour cette patiente… Et en effet, je l’ai compris quand elle m’a dit que ses craintes concernant l’opération de liposuccion étaient surtout liées au risque de transmission de maladies infectieuses par l’intermédiaire des canules non ou mal stérilisées.

 

Je dois dire que j’en suis restée stupéfaite. En effet j’étais loin de me douter que ce risque restait une préoccupation importante pour les patients.

En tant que chirurgien esthétique, je considère la liposuccion comme une opération de chirurgie à part entière, et à ce titre elle doit être obligatoirement réalisée au bloc opératoire, dans des conditions strictes d’asepsie et de stérilisation du matériel chirurgical (canules). Dans ces conditions, les risques de transmissions de maladies infectieuse virales par le sang sont nuls.

Grâce à cette patiente, j’ai réalisé pourquoi la liposuccion souffre parfois d’une mauvaise image auprès du grand public… alors que c’est la technique de remodelage de la silhouette la plus efficace !

 

En réalité, la liposuccion a pâti de son apparente facilité technique (l’opération de liposuccion consiste à introduire une canule, comme une grosse aiguille sous la peau du patient, pour aspirer les graisses stockées), qui lui a permis par le passé d’être réalisée par des chirurgiens non qualifiés et parfois dans des conditions d’asepsie plus que douteuse… comme, à l’extrême, avec la triste affaire du Dr Maure dans les années 2000. Il s’agit bien évidemment de cas anecdotiques…mais qui ont été fortement médiatisés…et dont les craintes restent parfois encore bien présentes dans les esprits !

En conclusion, l’opération de liposuccion, malgré son apparente facilité technique nécessite un apprentissage et doit être réalisée au bloc opératoire, par un chirurgien esthétique qualifié et dans les règles d’asepsie de toute opération chirurgicale. Des antalgiques seront prescrits après l’opération, pour contrôler les douleurs postopératoires, qui sont le plus souvent minimes ou modérées, ainsi que des anticoagulants pour prévenir le risque de phlébite : si ces critères sont respectés, la liposuccion donnera les meilleurs résultats sur le plan esthétique, avec un risque très faible de complications.

 

Sur le site :

Liposuccion culotte de cheval, hanches, genoux, ventre…

 

 

lipofilling seins Paris

Lipofilling : est-ce que c’est possible de prendre la graisse ici pour faire une injection là..?

Si vous vous posez cette question sans grand espoir en vous contorsionnant devant le miroir de la salle de bains… Eh bien sachez que oui c’est possible !!!

C’est le lipofilling.

Il s’agit de transférer les cellules graisseuses d’un site à un autre, comme pour une greffe de peau mais avec de la graisse.

En pratique, au cours de la même opération, le chirurgien prélève de la graisse comme pour une liposuccion, le plus souvent sur la culotte de cheval, les hanches ou le ventre. Ensuite la graisse est centrifugée, ce qui permet de purifier les cellules graisseuses, qui peuvent alors être réinjectées à peu près partout : Les premières injections de graisse ont été réalisées dans les années 1920 dans les rides et les sillons du visage pour traiter le vieillissement. C’est le médecin New-yorkais Sydney Coleman qui a ensuite contribué à perfectionner et à diffuser largement cette technique. Depuis, le lipofilling a largement prouvé son efficacité et est très utilisé : au niveau du visage il permet de combler des creux ou des rides, d’épaissir les lèvres, d’ atténuer des cicatrices… et est aussi utile dans certains cas de malformations.

Au niveau des seins la technique est très séduisante. Elle présente le double avantage de l’absence de prothèse et de l’absence de cicatrice. Par contre il faut être bien conscient qu’une partie (environ 30%) de la graisse injectée va se résorber après l’opération et qu’on ne peut pas injecter de très grosses quantités en une seule fois. Plusieurs opérations seront donc parfois nécessaires, le prix du lipofilling peut dans ce cas approcher celui d’une augmentation mammaire par implants.

 

Sur le site :

Lipofilling : lèvres cernes pommettes et joues